Blennorragie

La blennorragie se réfère aux classiques maladies sexuellement transmissibles (MST). Son excitateur est le gonocoque (Neisseria gonorrhoeae).

Blennorragie

Blennorragie: des photos et images >>>

Cette maladie peut léser l’urètre, le rectum, la gorge, le col de l’utérus et les yeux.

Dans la plupart des cas de la blennorragie, l`infection se passe lors des rapports sexuels dans le vagin et le rectum. L’infection à travers le sexe oral est également possible.

En passant par les voies génitales, un nouveau-né peut être infecté avec le développement d`une conjonctivite gonococcique.

On distingue plusieurs types de l`infection gonococcique d`après la lésion:

  • la blennorragie des organes urinaires;
  • la blennorragie de la zone anorectale (rectite gonococcique);
  • la blennorragie de l’appareil locomoteur;
  • la blennorragie de la conjonctive de le œil (blénnorrhée) ;
  • la pharyngite gonococcique.

L`infection ménagère par la blennorragie est peu probable. C’est parce que (1) le gonocoque meurt rapidement hors du corps humain ; (2) le corps doit être attaqué par une grande quantité de gonocoques pour l`infection. La voie ménagère d’infection ne peut pas fournir le nombre requis de gonocoques. Par conséquent, les sièges toilettes, les piscines, les bains, les ustensiles et serviettes partagés ne peuvent pas être la cause de l’infection.

La période d’incubation de la blennorragie chez les hommes est généralement de 2 à 5 jours; chez les femmes- de 5 à 10 jours.

La blennorragie est plus fréquente chez les jeunes de 20-30 ans, mais elle peut survenir à tout âge. Le risque de complications de la  blennorragie est très élevé – il y a de divers troubles urinaires (y compris sexuelles), l`infertilité chez les hommes et chez les femmes.

Symptômes

Les symptômes de la blennorragie chez les hommes sont:

  • la décharge jaune-blanche de l’urètre
  • la douleur en urinant.

Les symptômes de la blennorragie chez les femmes sont:

  • la décharge jaunâtre-blanche  du vagin
  • la douleur en urinant
  • l`hémorragie entre les menstruations
  • les douleurs dans l`hypogastre

La pharyngite gonococcique (de la gorge) est souvent asymptomatique. Parfois, elle manifeste maux de gorge.

La rectite gonococcique (affection rectale) est habituellement asymptomatique. Les douleurs dans le rectum, les démangeaisons et la décharge du rectum sont éventuelles.

La pharyngite gonococcique et la rectite gonococcique proviennent des femmes et des hommes (majoritairement de l`orientation homosexuelle et bisexuelle).

Les femmes ont souvent la blennorragie asymptomatique. Même si les symptômes apparaissent, ils ne sont pas toujours correctement perçus. Par exemple, la décharge blanche- jaunâtre vaginales est généralement associée avec la candidose (muguet); et la douleur à uriner- avec la cystite.

Les symptômes sont insuffisants pour le diagnostic de la blennorragie. Il est nécessaire de confirmer le diagnostic par des méthodes de laboratoire.

Le diagnostic de gonorrhée aiguë chez les hommes est généralement basé sur les résultats du frottis généralisé. En cas de la blennorragie chronique chez les hommes, ainsi que dans toute forme de la maladie chez les femmes, on a besoin de méthodes de recherche plus précis-PCR ou un semis.

Traitement

Considérant que dans 30 % des cas, la blennorragie est le combinée de la chlamydia, son traitement doit inclure le suivant: (1) un médicament actif contre les gonocoques ; (2) un médicament actif contre la chlamydia.

On peut éviter les complications indésirables de la blennorragie, si on commence à temps le traitement, si on respecte strictement les prescriptions d`un vénéréologue, si on mène une vie saine.

Les médicaments actifs contre les gonocoques sont: la céfixime, ou à la ciprofloxacine, ou
l`ofloxacine.Les médicaments actifs contre la chlamydia sont: l`azithromycine ou la doxycycline.En cas de la la blennorragie chronique (plus compliquée), le traitement antibiotique est plus long, souvent combiné (on applique plusieurs antibiotiques). En outre, on désigne un traitement complémentaire (immunothérapie, instillation urétrale, physiothérapie, etc.).