Papillomavirus

Le virus du papillome humain (VPH) est un nom commun pour un groupe des virus ce qui comprend plus de 70 représentants différents . Les virus peuvent causer des maladies d’organes divers (comme la peau ou les organes génitaux). Au cours des recherches, on a assigné un numéro d’identification à chaque virus du groupe VPH, les virus diffèrent les uns des autres par une composition unique de l’ADN.

Papillomavirus

Papillomavirus: des photos et images >>>

Le plus souvent, ce virus est transmis par contact sexuel, donc le groupe des VPH est visé aux maladies sexuellement transmissibles. Vous pouvez également contacter l`infection par la peau endommagée ou les muqueuses avec des sécrétions de la personne malade. Il y a des cas quand le virus s’est transmis de la mère malade à son enfant pendant l’accouchement.

Depuis 50 ans, on a ouvert plus de 100 types du virus du papillome humain. 80 types sont pathogènes pour l’homme. Selon OMS, 70 % de la population est été infectée par le VPH.

Symptômes

Les signes et les symptômes dépendent du type de l’infection du virus du papillome humain et la maladie, pour laquelle il est devenu la cause. Il y a plusieurs groupes de maladies, le plus souvent causées par le VPH.

  1. Les verrues ont une texture dense arrondie, bombée; elles sont absolument indolores et ne diffèrent pas de la peau environnante par la couleur. Elles apparaissent sur la peau des paumes, des semelles, moins souvent sur d’autres parties du corps. Le VPH des types 1-4 peut être la raison de сette maladie.
  2. Les condylomes acuminés sont des verrues qui apparaissent généralement sur les muqueuses et la peau des organes génitaux: la tête du pénis et la peau du prépuce chez les hommes, la peau des grandes lèvres chez les femmes. Les condylomes acuminés peuvent également apparaître dans la vessie, l`urètre, le col de l’utérus vagin, sur la peau autour de l’anus, dans la bouche. Cette maladie est causée par le VPH des types 6 et 11.
  3. Le papulose est une maladie caractérisée par l’apparition de lésions dans la peau génitale. Les lésions représentent les plaques aplaties s’élevant au-dessus de la surface de la peau; elles sont jaunes, roses ou blanches en couleur. Cette maladie est causée par les types de virus 16, 18, 31 et 33. Elle peut parfois dégénérer en cancer de la peau.
  4. La maladie “morbus Bowen” est une maladie des hommes. Une plaque veloutée humide rouge surélevée avec des bords croquants s’affiche sur la peau du pénis. La croissance périphérique de la plaque est possible. Elle peut devenir maligne. La maladie est causée par le VPH des types 16, 18, 31, 33, 35, 45.
  5. La néoplasie cervicale intraépithéliale chez les femmes peut être causée par le VPH des types 16 et 18, ce qui est une affection précancéreuse du col de l’utérus. On distingue 3 périodes de ce processus, le dernier est le stade initial du cancer du col utérin.

Test

1) La méthode principale du diagnostic du virus du papillome humain est la réaction PCR. C`est le type des analyses les plus courants sur les types 16, 18 du VPH. Le matériel pour l’analyse est pris du vagin et du col de l’utérus d`une femme ou de la muqueuse du pénis des hommes. Cependant, la réaction de PCR peut donner des résultats erronés.

D’après les études modernes de l’Ouest, environ 20 % de tous les résultats de PCR à VPH ont été faux. Et ce fait n’est pas dépendant de la complexité de l’équipement et la qualité des réactifs.

2) Le test de Digène sert à déterminer la disponibilité des concentrations cliniquement pertinentes du virus. Grâce à ce test, on peut révéler le degré cancérigène des virus présents dans le corps du patient. Le test de Digène est utilisé conjointement avec une étude cytologique du col utérin.

3)L`examen par un gynécologue et un urologue à détection de verrues génitales ou d’autres verrues dans la région inguinale.

4) L`étude cytologique du frottis prise lors d’un examen gynécologique et urologique. Alors qu`un médecin de laboratoire détermine la présence ou l’absence de cellules anormales, ce qui normalement ne devraient pas être présentes.

5) L`étude histologique d`une tranche microscopique du tissu prélevé également pendant l`examen par un gynécologue et un urologue. Le médecin évalue le degré les modifications du tissu pris pour l’étude.

Traitement

Le traitement contre le VPH porte sur l`enlèvement des manifestations visibles de la maladie- des papillomes et des condylomes. Il y a peu besoin d’enlever les verrues, causées par les souches non dangereuses. Vous pouvez vous débarrasser d’elles de la manière suivante:

  • cryodestruction (la refroidie à l’azote liquide);
  • curage (le grattage de tumeurs à l’aide de l’outil spécial, suivi par l’application de pansements);
  • enlèvement à laser;
  • ambustion par les produits chimiques (Solkoderm, Bléomycine);
  • conisation du col utérin.

L’apparition de verrues est déclenchée même par un léger affaiblissement des fonctions de protection du corps, alors dans ce cas, il est conseillé de régulièrement prendre des immunomodulateurs, les vitamines et manger correctement.

Vaccin

Il existe aujourd’hui un vaccin pour éviter la contamination de certaines souches de VPH. Toutefois, une telle méthode de prévenir la propagation de cette infection a déjà montré son incompétence.

La première vaccination contre le VPH a été suggérée pour les filles jusqu’à l’âge de 22 ans, qui n`ont jamais eu de rapports sexuels, parce que le virus a été nommé la cause principale du cancer fréquent du col utérin. Si un tel vaccin se fera en présence de VPH dans l’organisme, les conséquences peuvent être désastreuses (cela augmente sensiblement le risque du cancer). Toutefois, l’absence d’une vie sexuelle n’est pas une garantie qu’une fille particulière n’est pas infectée.

Il y a environ 600 souches de VPH connues, ce qui réagissent différemment à un médicament, l’invention des vaccins universels est très difficile, mais les scientifiques médicaux travaillent activement sur ce problème.