Vaginose bactérienne

La vaginose bactérienne est le syndrome de la microflore vaginale, ce qui n’est pas accompagné par une inflammation. Chez les femmes avec la dysbiose bactérienne, on souligne la prédominance des éléments optionnels (gardnerella vaginalis) et anaérobies (bacteroidus Peptococcus) sur les lactobacilles. Cette dysbiose conduit à l` »acidification » de l’environnement interne et provoque une action cytotoxique (l`intoxication cellulaire) accompagnée de sécrétions spécifiques.

Vaginose bactérienne

Vaginose bactérienne: des photos et images >>>

Raisons de l’apparition de la vaginose bactérienne

Facteurs principaux

On indique que les facteurs à l’origine de vaginose bactérienne peuvent être suivants:

  • les co-infections et les maladies inflammatoires chroniques avec des exacerbations fréquentes;
  • la violation des règles de l’hygiène intime;
  • l’utilisation de produits chimiques de méthodes de contraception;
  • la réduction de l’état immunitaire générale et locale;
  • la maladie urinaire et des systèmes de reproduction, y compris la pathologie sexuellement transmissibles;
  • un traitement antibiotique long ou incontrôlé;
  • une violation du cycle menstruel;
  • une haute activité sexuelle;
  • le changement fréquent de partenaires sexuels;
  • des rapports sexuels non protégés;
  • l’impact du rayonnement;
  • des fréquentes douches vaginales inutiles, l`utilisation des serviettes et tampons hygiéniques;
  • une exposition prolongée des contraceptives de barrière de fonds, des spirales à l’intérieur du vagin;
  • les conséquences d’une intervention et des procédures de diagnostic.

Cependant, chez beaucoup de femmes, chez lesquelles on a détecté une augmentation de l’activité de gardnerella vaginalis, les causes de la vaginose bactérienne citées, étaient absentes. Malgré le fait que la maladie s’associe avec l’activité sexuelle et le nombre de partenaires sexuels, on ne dispose pas de preuves que la vaginose bactérienne est sexuellement transmissible. Les voies de transmission de la pathologie sont inconnues jusqu’à présent.

Déséquilibre hormonal

Une grande importance dans le maintien de l’équilibre dynamique de microbiocénose (des composants naturels de la microflore) au niveau de la vulve et du vagin appartient à l’équilibre hormonal. Ainsi, par exemple, la montée de progestérone est accompagnée de la prolifération et de la reproduction des cellules de la muqueuse du vagin, de l’augmentation de la sensibilité de leurs récepteurs aux bactéries. Donc, souvent, la gardnerella chez les femmes est active en période des reconstructions hormonales- en gestation (grossesse), lors de la ménopause ou du développement pubertaire.

L’augmentation de la quantité de progestérone est accompagnée d’une diminution de l’activité de l’œstrogène. Et le dernier règle le niveau de l’amidon animal (glycogène) dans les cellules des muqueuses. S`il est inférieure, le nombre de lactobacilles et de bifidobacterium, ses « mangeurs », est aussi réduit. Un « biais » de la composition de la microflore en faveur de micro-organismes anaérobies se produit, ce qui provoque une vaginose de type bactérien.

Par conséquent, la dysbiose conduit à une réduction des fonctions de barrière et favorise la pénétration de ses propres agents pathogènes de la région péri-anale et de la microflore pathogénique du partenaire sexuel. Le changement de partenaires, des relations sexuelles non protégées, une haute activité sexuelle conduisent à une augmentation de la charge microbienne.

État de l’immunité locale

Un grand rôle dans l’augmentation de l’activité de l’agent pathogène de la vaginose bactérienne est joué par l’état de l’immunité locale, ce qui assure le maintien de la stabilité de l’environnement interne dans le vagin. Lors de la vaginose bactérienne, la synthèse d’immunoglobulines (IgA) responsable de l’immunité local et de la capacité de l’organisme à résister à l’introduction de l’agent infectieux, diminue.

La cause pas moins importante de la vaginose bactérienne est une violation de pH des sécrétions vaginales. Lors de la vaginose, l’activité des enzymes, ce qui perturbent l’état de la muqueuse vaginale, augmente— ils détruisent la communication dans les grandes molécules de protéines, y compris les principales unités structurelles du tissu conjonctif (molécules de collagène), — ce qui conduit à l’augmentation de la perméabilité des cellules de la peau, à leur isolement et aux dysfonctionnements. De telles cellules désorganisées de la muqueuse deviennent un environnement favorable pour la croissance et la reproduction d’agents pathogènes de la vaginose bactérienne.

Les antibiotiques agissent de manière systématique frappant non seulement la microflore pathogénique, mais naturelle. La prise prolongée de médicaments antivirales et antimicrobiens est accompagnée d’une violation de la composition de la microflore vaginale.

Symptômes

La vaginose bactérienne chez les femmes peut se produire selon deux variantes:

  • asymptomatique;
  • avec des signes cliniques d’intensité variable.

Le nombre de cas asymptomatiques du courant de la pathologie est presque égal au nombre de patients chez lesquels les signes de la vaginose bactérienne se manifestent.

Lors de la vaginose bactérienne, le principal symptôme de la maladie est des écoulements homogènes, ou de la leucorrhée. Lors des étapes différentes de progression de la pathologie, la couleur, l’odeur et la consistance de la sécrétion changent.

Les écoulements lors de la vaginose bacterienne ont une structure écumante et légèrement filante. Leur couleur varie du blanc laiteux au gris sale. L’absence du traitement modifie la couleur et la consistance du liquide.

Les écoulements lors de la vaginose bactérienne chronique acquièrent la couleur purulente jaune-verte, deviennent de plus en plus denses, jusqu’à la consistance du fromage blanc, et couvrent uniformément les parois du vagin sans signes visibles de leur inflammation. Le volume de leucorrhée peut être négligeable et abondante — être d’environ 20 ml par jour.

Mais ce ne sont pas seulement les sécrétions ce qui caractérisent la vaginose bactérienne, les symptômes peuvent être:

  • la sensation de brûlure et de démangeaison au niveau de la vulve et de l’extérieur;
  • le malaise et le sentiment de la douleur dans la région pelvienne et de la vulve au cours de l’intimité (la dyspareunie);
  • la réduction du volume de l’allocation de l’urine (la dysurie).

La gardnerella vaginalis dans le processus de la vie produit des acides gras et des acides aminés, ce qui, sous l’influence d’enzymes, se désintègrent à des substances volatiles, ayant la caractéristique d’une odeur fétide décrite comme un « poisson pourri ». Elle peut s’intensifier, en particulier après les rapports sexuels non protégés ou pendant la menstruation.

Le pH du liquide séminal est 7,0, lors de l’éjaculation, un changement de pH du vagin se produit, les amines passent à l’état libre et renforcent l’expressivité de la puanteur. Un tel renforcement de la « saveur » après un acte sexuel est le signe distinctif de la vaginose bactérienne.

Diagnostic de la maladie

Le « standard d`or » dans le diagnostic de la vaginose bactérienne est la méthode Amsel. Le chercheur a proposé une liste de diagnostic des caractéristiques suivantes:

  • un produit détachable du vagin en couleur de lait ou en sale-nuance de gris;
  • lors de la détermination du pH vaginal, le pH de l`écoulement du vagin est égal ou supérieur à 4,5;
  • lors de la microscopie native (naturelle) des frottis, on détecte dans les échantillons des cellules « clés »— des cellules de l’épithélium muqueux avec la gardnerella vaginalis « collée » à leur surface et d’autres anaérobies pathogènes;
  • l’odeur « aminée » des sécrétions.

Lors de la fixation des 3-4 signes, on met un diagnostic de vaginose bactérienne.

La première étape de la recherche est un examen au microscope de la lésion du vagin. Et déjà lors de la détection des cellules « clé » dans un frottis, on prend la décision de la poursuite de l`étude microbiologique quantitative.

À l’exception de la méthodologie Amsel, au diagnostic mondial de la vaginose bactérienne, on applique:

  • la méthode Nugent ou Spiegel;
  • l`analyse chromatographique de liquide et de gaz;
  • la méthode Ayson-Hay.

Bien que la spécificité de la méthode Amsel est 94,74%, sa sensibilité ne dépasse pas 66,67%. La plupart des chercheurs estime suffisantes la présence de deux critères pour établir un diagnostic précis:

  • l’identification des cellules « clés » — elles se manifestent chez 70-90% des patientes avec la vaginose bactérienne;
  • le test aminé positif— il est fiable chez 94% des femmes avec la vaginose.

De la méthode proposée par Nugent, la composition d’un frottis est évaluée sur une échelle. Cette méthode exige que les chercheurs ont des compétences en « lecture » des frottis. Car la vaginose bactérienne dans 50% des cas est asymptomatique, la préférence est donnée aux méthodes diagnostiques microbiologiques.

Le diagnostic de la vaginose bactérienne implique nécessairement la mesure de pH du milieu. La mesure du pH du vagin passe par l’application d’une lésion sur le papier-réactif.

Le test aminé est passé avec l`application de 10% d’hydroxyde de potassium sur les écoulements d`un vagin sélectionnés.

En plus, on fait une analyse de la présence des agents pathogènes des infections génitales: les  trichomonas, les ureaplasmas, les microplasmas, les chlamydias. L’identification des agents infectieux est effectuée à l’aide de la PCR (réaction en chaîne par polymérase) et de la méthode portant le nom de fémoflore. Avec son aide, on établit exactement la composition de microbiocénose, le ratio et le nombre de différents groupes de micro-organismes, mais aussi on définit les critères de la guérison de la maladie.

Comment traiter la vaginose bactérienne?

La thérapie de vaginite bactérienne de type vise:

  • le rétablissement de l’équilibre naturel et de la composition de microbiocénose du vagin;
  • la dissuasion de la prédominance de micro- organismes facultativement pathogènes et l’introduction de pathogènes.

Germicides

Les médicaments de choix avec des propriétés antimicrobiennes pour le traitement de la déséquilibre bactérienne sont:

  • Ornidazole;
  • Trihopol;
  • Clindamycine.

Ils ont un impact effectif sur le nombre de micro- organismes anaérobies.

Antibiothérapie

Les antibiotics – Metronidazole 500mg deux fois par jour de 7 à 10 jours.

 

Régime

On laisse ajuster l’état d`une patiente avec un régime spécial. Lors de la vaginose bacterienne, l`alimentation doit contribuer au renforcement de l’immunité et à la normalisation de la microflore de l’intestin. Les troubles GASTRO-intestinaux et du vagin sont souvent liés. Le régime alimentaire d`une patiente doit inclure:

  • des produits laitiers: le bio-kéfir, le yogourt, la crème sure;
  • la choucroute;
  • les tomates, les concombres, les pommes à la pression.

Les nutritionnistes recommandent aux patientes avec la vaginose bacterienne de manger des salades et des légumes verts feuillus avec du vinaigre de cidre. La normalisation de la microflore sera fournie par un gravlax — le saumon cuit d`après la recette Scandinave. Des produits avec des propriétés antibiotiques — l’ail, l’oignon, l`huile de coco, le miel- doivent être introduits dans le régime alimentaire.

Dans le régime lors de la vaginose bactérienne, il faut éviter la consommation de graisses animales, en les remplaçant par des huiles végétales. Il convient de contrôler la teneur des aliments en calories — réduire votre consommation de glucides, appliquer une alimentation équilibrée.

Pour la normalisation de la microbiocénose, vous pouvez passer des jours de jeûne, par exemple à kéfir, mais vous ne pouvez pas mourir de faim ou de prendre des régimes « agressifs ».

Quel est le danger de la vaginose bactérienne?

La gardnerella vaginalis prolonge la persistance (sa constante présence dans le corps) et peut provoquer des maladies inflammatoires:

  • de l’ovaire — la salpingite;
  • du col de l’utérus – la cervicite;
  • de la couche interne de l’utérus — l’endométrite.

L’émergence de la vaginite bactérienne pendant la grossesse peut provoquer:

  • un avortement foetal;
  • une déchirure prématurée d’un chorion (un sac de l`amnios);
  • la pénétration de l’agent bactérien dans le liquide amniotique et le sac de l`amnios;
  • l’inflammation de l’endomètre de l’utérus après la naissance de votre enfant.

Chez les hommes, la vaginose bactérienne est rarement, mais lors de sa progression et à la montée de l’agent pathogène de l’urètre le résultat de la maladie peut provoquer:

  • la prostatite;
  • une inflammation de la vessie;
  • une inflammation du prépuce de pénis.

Prévention de la gardnerella vaginale

La prévention de la vaginose bactérienne est d’éliminer tous les facteurs portant atteinte à l’équilibre de la microbiocénose. Cela nécessite:

  • passer régulièrement (1 à 2 fois par an) une enquête auprès d’un gynécologue (pour des femmes) et un urologue (pour des hommes);
  • ne pas entrer dans la promiscuité sexuelle;
  • utiliser des mesures de contraception de barrières;
  • traiter des maladies du système génito-urinaire en temps opportun;
  • maintenir une hygiène intime et porter des sous-vêtements de tissus naturels;
  • ne pas abuser des moyens d’hygiène quotidiens, d’écouvillons d’hygiène vaginals;
  • renforcer l’immunité.

Pour la prévention de la vaginose bactérienne, vous pouvez utiliser les recettes de la médecine traditionnelle — des tampons avec du lait caillé ou du kéfir.